Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La gazette d'Aliahova : actualité de Michel Henry

La gazette d'Aliahova : actualité de Michel Henry

Actualité concernant le philosophe Michel Henry (bibliographie, informations)

LA GAZETTE D’ALIAHOVA n. 73, juin 2016

Livres en langue française consacrés, en tout ou partie, à Michel Henry

Je viens de publier mon second volume de textes consacrés à Michel Henry ou inspirés directement de sa pensée :

Roland Vaschalde : Épreuve de soi et vérité du monde : depuis Michel Henry, Paris : Ed. Orizons, 2016; ISBN : 979-10-309-0072-9

Articles et contributions en langue française consacrés, en tout ou partie, à Michel Henry

  • Clément Bertot : De l'oubli de la vie à la mémoire immémoriale: un statut méthodologique de la réminiscence chez Michel Henry? in Langage et pensée dans la philosophie française, Reims : Épure, 2016

  • Grégory Woimbée : Quand Dieu triompha de Caïn (Bulletin de littérature ecclésiastique, n. CXVII/2, 2016

Traduction de Michel Henry

Woorden van Christus [PC], Kampen : Van Warven Produkties, 2016.

(Il s’agit de la première traduction de Michel Henry en néerlandais, qui devient la quatorzième langue de traduction de ses oeuvres)

Vidéo

Karin Wondracek : Experiência Elementar e Fenomenologia da Vida de Michel Henry

(https://www.youtube.com/watch?v=950bwJfYh-s)

Décès

J’apprends avec tristesse et beaucoup de retard la mort de Gabrielle Dufour-Kowalska que j’avais rencontré pour la première fois au colloque de Cerisy consacré à Michel Henry, en 1996. Passionnante et passionnée elle a consacré une partie de son œuvre à la pensée henryenne sur laquelle elle a publié plusieurs ouvrages importants dont le premier livre jamais publié sur Michel Henry : Michel Henry. Un philosophe de la vie et de la praxis, Paris : Vrin, 1980. Voici le texte d’hommage qui nous est parvenu de son époux :

In memoriam

Gabrielle Dufour-Kowalska

(1939-2015)

C’est une figure originale de la philosophie contemporaine, l‘une des dernières rares métaphysiciennes de culture française,qui s’est éteinte au seuil de l’automne 2015 au terme d’une cruelle maladie. Née sur les bords de la Baltique à Gdynia à quelques mois de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale,elle la vivra enfant dans l’exil intérieur de la Pologne occupée d’abord par les Nazis,puis par les Soviétiques. D`une mère française,fille elle-même de l’historien Jean d’Elbée(1882-1966),et d’un père polonais,mais ayant la nationalité helvétique par son propre père Joseph Wierusz-Kowalski(1866-1927),l’un des premiers professeurs et recteurs de l’Université de Fribourg en Suisse,elle pourra par cette filiation quitter avec sa famille la Pologne à l’avènement du régime communiste(1946), pour gagner d’abord la Suisse,puis la France,patrie de sa mère, où elle s’établira à Paris ;elle y fera toutes ses études,notamment marquées par un solide enseignement de philosophie d’un disciple de Jean Guitton.Sa famille regagnant finalement la Suisse(1958) ,elle poursuivra ses études de philosophie à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève,où elle deviendra l ‘une des élèves de Jeanne Hersch(1910-2000),la principale des disciples et traductrices du philosophe Karl Jaspers(1883-1969).C’est sous l’égide de cette philosophe qu ‘elle soutiendra en 1972 sa thèse de doctorat en philosophie sur l’Origine – LOrigine – L’essence de l’origine –L ‘origine selon l’Ethique de Spinoza (Paris,Beauchesne,1973)- ,rencontrant à cette occasion au sein de son jury de thèse,qui comprendra en outre le Dominicain, futur Cardinal et théologien du Pape, Georges M. Cottier et l’historien de la philosophie médiévale André de Muralt , le philosophe de Montpellier Michel Henry(1922-2002), dont elle ne tardera pas à devenir tout à la fois la principale disciple et l’un de ses interprètes les plus autorisés ;c’est ce dont témoignent ses principales publications et ses livres ultérieurs : Michel Henry. Un philosophe de la vie et de la praxis (Paris, Vrin, 1980) ; L’Art et la sensibilité. De Kant à Michel Henry (Paris, Vrin, 1996) et Michel Henry - Passion et magnificence de la vie (Paris, Beauchesne, 2003), ainsi que son dernier ouvrage Michel Henry devant Dieu. Une phénoménologie chrétienne à paraître posthume à Louvain en 2016 dans la Collection dirigée par Jean Leclercq (Presses universitaires de Louvain, Coll. Empreintes philosophiques, 2016).

Gabrielle Dufour-Kowalska s’engagera aussi parallèlement dans l`investigation de nouvelles voies en phénoménologie, consacrant d’autres recherches sur l’élucidation des fondements ontologiques du monde imaginaire, privilégiant à cet égard le témoignage de l’art sacré des peintres et de leurs oeuvres. Paraîtront ainsi sous sa plume L’Arbre de Vie et la Croix. Essai sur l’imagination visionnaire (Genève,Le Tricorne, 1985) et Caspar David Friedrich. Aux sources de l’imaginaire romantique (Paris-Lausanne, L`Age d`Homme, 1985) ; elle s’attachera ensuite plus particulièrement à l’étude philosophique de l’expressionnisme avec son édition de Marianne Werefkin, Lettres à un Inconnu. Aux sources de l’expressionnisme (Paris, Klincksieck, 1995) et son Emil Nolde. L’expressionnisme devant Dieu (Paris, Klincksieck, 2003), laissant enfin un ultime ouvrage manuscrit La passion d’Alexej Jawlensky.

Si Gabrielle Dufour-Kowalska renoncera à toute carrière universitaire, se vouant en priorité à sa famille et à l’éducation de ses trois enfants, elle n’en participera pas moins activement à nombre de rencontres et de colloques intellectuels et philosophiques , des Rencontres Internationales de Genève dont elle sera un temps membre du Comité et animera plus d’un des Entretiens classiques , aux Colloques henryiens les plus divers, de ceux de Paris à la Faculté de Médecine de l’Université René Descartes ou de Beyrouth sous l’égide de l’Université Saint –Joseph aux Colloques de Cerisy-la Salle de 1996 sur Michel Henry,l’épreuve de la vie avec une contribution sur L’ esthétique de Michel Henry et les “Variations” de Jawlensky ou de Montpellier de 2003 Michel Henry : Pensée de la vie et culture contemporaine avec une étude sur Le corps subjectif: Incarnation et Révélation. Se montrant dès les lendemains de sa thèse une commentatrice avisée de la pensée henryenne à travers son Michel Henry lecteur de Maître Eckhart ( Archives de Philosophie ,36,1973,pp.603-624 )ou Le Marx de Michel Henry et la question de l’ìdéologie ( Archives cit.,41/4,1978, pp.641-657) comme dans ses maîtres-livres précités sur la pensée du philosophe de Montpellier et jusque dans l’émouvant hommage qu’elle lui rend dans son In Memoriam Michel Henry du volume édité par Jad Hatem Michel Henry, la parole de vie (Paris, L’Harmattan,2003, pp.5-19), voire dans le Dossier H Michel Henry, L’immanence raison première et substance (Paris-Lausanne, L’Age d’Homme, 2009, pp.165-173), ou dans sa dernière et significative étude Art,affect et sensibilité.L’esthétique de Michel Henry (Michel Henry et l’affect de l’Art.- Recherches sur l’esthétique de la phénoménologie matérielle, ed. A.Jdey & R.Kuhn, Leyde, Brill,2012, pp. 23-40) , il s’en faut de beaucoup cependant que celle qui vient de disparaître n`ait eu pour horizon philosophique que l’exploration et la diffusion de la pensée henryenne ; il s’étend aux manifestations les plus diverses de l’Art et de la philosophie occidentale moderne, du 7ème Art à la peinture ,comme le révèlent - en contrepoint de ses derniers livres sur l’expressionnisme - sa pénétrante étude de 1973 L’expérience du temps à travers Hiroshima, mon amour d’ Alain Resnais et la problématique de l’image dans Blow up d’ Antonioni: Essai d’interprétation philosophique du 7ème Art (Studia philosophica ,XXXIII,1973, pp.64-84) et sa contribution dans le Catalogue de l’Exposition Jawlensky-Werefkin du Musée Galerie de la SEITA ( Paris,2000), comme ses Entretiens avec Jeanne Hersch – Eclairer l’obscur ( Paris- Lausanne, L’Age d’Homme, 1986), publiés à l’occasion des 75 ans de la philosophe, ou sa présentation dans l’ouvrage collectif La philosophie en Europe (ed. R.Klibanski – D.Pears, Paris, Folio, 1993) de la Philosophie en Suisse romande (pp.432-442) . C’est cependant sa Pologne natale qui constituera ,sous l’égide de l’expressionnisme, l’ horizon ultime de son oeuvre, puisque conjointement à la rédaction de sa Passion de Jawlensky, c’est à la mise sur pied et à l’organisation d’un Colloque sur le peintre et penseur polonais Joseph Czapski(1896-1990) à Kurozweki près de Cracovie qu’elle vouera les dernières semaines de son existence, sans en pouvoir vivre la réalisation, qui sera menée à chef par son fils aîné deux semaines après sa disparition

Colloques, cours et rencontres

Porto : Universidade católica portuguesa, 17/5 :

Início do seminário sobre «Corpo e afectividade. A recepção de Michel Henry no espaço da lusofonia»

Florinda Martins : Michel Henry: a violência como fenómeno originário da vida e por conseguinte originariamente teológico-filosófico-político

Bibliographie henryenne

Je continue à mettre à jour une bibliographie de et sur Michel Henry, commencée il y a près de vingt ans. Si vous souhaitez la recevoir, n’hésitez pas à me la demander et je vous l’enverrai aussitôt.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article